Logo Paroisse Saint Colomban

La Nouvelle église Saint-Colomban

Retrouver toutes les informations sur le projet de la Nouvelle église Saint-Colomban.

Lire la suite

Saint-Colomban

Saint Colomban, marcheur de Dieu
Un article de Christine Martin. 

Lire la suite

Vie paroissiale

Retrouver toutes les actualités et informations paroissiales du moment.

Lire la suite

Avec la fête des Rameaux, nous entrons dans la grande semaine de l’année, la semaine sainte qui mène à la fête de Pâques. Dans la prière et les célébrations que nous vivrons nous découvrirons notre Église !

Celle que nous aimons, celle qui acclame Jésus, qui l’accompagne et lui exprime son amour tandis qu’il donne sa vie pour nous. Car l’Église est là en vérité dans les catéchumènes qui marchent vers leur baptême. Elle est là, dans tous ceux qui contre vents et marées ne cessent de croire en la capacité infinie de Dieu à faire toute chose nouvelle. Elle est là, l’Église qui contemple Jésus laver les pieds de Pierre qui le reniera. Elle met sa confiance en Celui qui se fait esclave même si comme Pierre elle peut manquer d’humilité pour accepter que Dieu lui-même se fasse son esclave. Pourtant, ce n’est qu’à ce prix qu’elle sera sauvée ! Parfois certains croient que la souffrance nous sauve. Ce n’est pas vrai. L’évangile de Luc montre les deux larrons crucifiés autour de Jésus. Ils souffrent exactement la même chose l’un comme l’autre. Mais un seul des deux se convertit. L’Église nous l’enseigne, ce n’est pas la souffrance de Jésus qui nous a sauvés : c’est son amour !

C’est pourquoi elle soulage ceux qui souffrent et accompagne les plus vulnérables. Apparemment plus faible que quiconque, dans son humanité, unie à Jésus qui est sa tête, elle est pour toujours victorieuse du mal, dans sa sainteté transfigurant nos humanités. Enfin elle est là, l’Église lorsque ceux qui s’en réclament commencent par se reconnaître pécheurs et espèrent ensemble que c’est la miséricorde et non l’ambition qui sauve et qui assure. L’Église que nous formons annonce l’humilité et la miséricorde avec lesquelles Jésus a aimé tout homme jusqu’au bout. Et c’est cette victoire de l’Amour qu’elle célébrera avec grande joie à Pâques !

Charles Cornudet curé